TotalEnergies va réaliser une campagne mondiale
de détection par drone de ses émissions de méthane dans
l’exploration-production, dans le cadre de son engagement à réduire les fuites
de ce gaz très nocif pour le climat.
Il s’agit d’une “campagne mondiale de détection et de quantification de ses
émissions par drone sur toutes ses installations” pétrolières et gazières
opérées dans l’amont, c’est à dire dans l’activité d’exploration-production.
Le méthane (CH4) a généré environ 30% du réchauffement mondial depuis la
Révolution industrielle. Sa durée de vie dans l’atmosphère est plus courte
(une dizaine d’années) que celle du CO2, mais son pouvoir réchauffant bien
supérieur.
Le secteur de l’énergie est responsable d’environ 40% des émissions de
méthane liées à l’activité humaine, ce qui en fait le deuxième secteur
d’activité derrière l’agriculture. Elles peuvent provenir de fuites
accidentelles ou de mauvaises pratiques opérationnelles.
TotalEnergies s’est engagé à réduire les émissions de méthane sur ses sites
exploités par l’entreprise de 50% d’ici 2025 et 80% d’ici 2030 par rapport à
2020.
La campagne de détection doit permettre de les “identifier, quantifier et
réduire”. Elle est menée sur la base d’une technologie dite AUSEA (“Airborne
ultralight spectrometer for environmental applications”, ou spectromètre
ultraléger embarqué pour les applications environnementales) développée avec
le CNRS et l’Université de Reims Champagne-Ardenne.
Il s’agit concrètement d’un “double capteur miniature, monté sur drone,
capable de détecter et de quantifier les émissions de méthane et de dioxyde de
carbone tout en identifiant la source de ces émissions”, explique
TotalEnergies dans un communiqué.
La campagne a débuté début mars sur les sites au large de l’Afrique, elle
se poursuit en Amérique du Sud et rejoindra l’Europe cet été. Le déploiement
de cette technologie doit ensuite être étendu aux autres activités du groupe,
comme les raffineries.
Selon l’Agence internationale de l’énergie (AIE), les émissions de méthane
liées aux secteurs du pétrole, gaz et charbon sont reparties en hausse de 5%
en 2021.
A la COP26 de l’ONU à Glasgow, un engagement à réduire les émissions de
méthane de 30% d’ici 2030 a été présenté. Mais sur les cinq principaux
émetteurs du fait de leurs activités dans les énergies fossiles — Chine,
Russie, Iran, Inde, Etats-Unis — seuls ces derniers l’ont à ce jour signé.

Articles qui pourraient vous intéresser

favicon-white.png
Pas encore inscrit? Rejoignez la communauté des professionnelles de l’énergie et accédez à l’ensemble de nos contenus. >>>